En cette période si particulière, nous tenons à vous informer au mieux sur la poursuite de nos activités et services et la mobilisation des équipes qui poursuivent leur action.
Nous vous proposons quelques portraits de professionnels engagés qui agissent sur le terrain, au quotidien dans le respect des protocoles définis.

Portrait #15 : Christelle Rancier, accompagne les praticiens lors des consultations sentinelles et gère les stocks d’EPI pour la MFSL, en concertation avec la Direction Générale.

Christelle Rancier, Responsable opérationnelle CSDM Chalon et référente dentaire met son engagement et son réseau au service du soutien sans faille de la filière dentaire et de la MFSL toute entière !

Christelle Rancier participe au dispositif sentinelle sur les 3 centres de santé dentaires mutualistes qui participent au dispositif, à savoir Chalon-sur-Saône, Charnay-les-Mâcon et Montceau-les-Mines. Pour elle, «même si cela intervient dans un contexte terrible, c’est une expérience extraordinaire». Elle l’avoue, «j’ai tout de suite été partante pour participer au dispositif sentinelle même si le 1er jour, j’ai ressenti une appréhension, surtout avant de partir de chez moi. Mais une fois au travail, ça va, et maintenant, je ne suis plus angoissée. On dispose des équipements adéquats, on suit scrupuleusement la doctrine, et tout le monde respecte. On échange beaucoup avec les praticiens, j’apprends à mieux connaitre certains d’entre eux avec qui je ne travaille pas d’habitude et les patients qu’on prend en charge sont vraiment contents de ce qui est mis en place pour les soulager». Christelle accueille certains patients mais elle n’intervient pas en salle de soins. Elle prépare le cabinet, réalise l’asepsie de la salle de soins entre chaque patient et assure toute la stérilisation. Depuis mi-avril et jusqu’au 7 mai elle aura accompagné les 3 CSDM intégrés au dispositif, toutes les semaines.

Des journées intenses
Bien que l’organisation soit en place et que tout se passe bien, elle l’avoue, «ces journées sont dévoreuses d’énergie ! Il faut une attention de tous les instants, c’est important d’être totalement concentrée sur ce qu’on fait. On a bien trouvé nos marques, chaque binôme de praticiens est bien organisé, chacun sait ce qu’il a à faire, on a maintenant nos habitudes mais le soir, on a un vrai coup de fatigue».

Sur la question des protections, Christelle est très active, pour la filière dentaire et pour les autres…
«Nous avions anticipé», explique-t-elle. Et cette anticipation a servi au-delà du dentaire.  « Début mars, on avait entendu que l’approvisionnement en masques et autres EPI pouvait être compliqué, alors nous avions anticipé pour nos centres. Avec le Directeur Général nous avons rapidement mis en place une organisation centralisée et partagée servant alors l’ensemble des activités qui ont poursuivies leurs activités et qui devaient impérativement restées protégées« . Aujourd’hui, en collaboration étroite avec la Direction Générale, Christelle gère le stock de l’ensemble des équipements de protection individuels (masques, gants, gel, surblouses, surchaussures…) et leur réapprovisionnement. Tous les fournisseurs qualifiés sont sollicités, tous les jours et plusieurs fois par jour. Christelle est en contact direct avec le Directeur général pour faire les arbitrages puis pour valider les commandes, «car les prix ont flambé», confie-t-elle !
Elle qui avait déjà l’habitude de gérer les achats pour le dentaire apprécie cette nouvelle mission. «J’ai ressenti une vraie confiance de la part de M. Da Tréza car je sais que c’est un sujet à fort enjeu pour l’entreprise !».

Organiser l’après 11 mai
Pour l’après-confinement, Christelle participe également à la rédaction des protocoles en relation avec ses collègues, les praticiens et le pilotage organisé par Pascal Weiss. Elle participe tous les jours au débriefing organisé par Pascal Weiss avec tous les praticiens et prend en compte les évolutions et adaptations nécessaires. « Nous serons prêts pour le 11 mai« .
Cette période de crise sanitaire est naturellement difficile, mais pour Christelle, c’est une épreuve «qui permet aussi de renforcer les liens et d’incarner véritablement les valeurs mutualistes».